The Binding – Bridget Collins

img_7320-1

Et s’il était possible d’effacer le chagrin, de soulager la peine, de dissimuler les secrets pour toujours? Le jeune Emmett Farmer travaille sur les terres familiales quand une lettre le convoque pour commencer son apprentissage. Il va devenir enlivreur, un art qui inspire la peur, la méfiance, et suscite bien des superstitions. Sous l’œil attentif de Seredith, son maître, Emmett apprend peu à peu à confectionner de magnifiques ouvrages destinés à préserver un trésor unique : les souvenirs. Le passé, désormais enlivré, sera conservé à l’abri des regards dans un caveau, afin que tout soit oublié. Même les secrets les plus terribles. Un jour, Emmett fait une découverte troublante : l’un de ces livres porte son nom. Un roman initiatique sur la mémoire et l’oubli et une histoire d’amour, portée par une écriture poétique.

img_7319-1

Si d’habitude j’achète un livre soit par recommandation, soit parce que je l’ai vu sur Booksta ou sur la blogosphère, il arrive encore que je suive mon instinct et que j’achète un livre au hasard. The Binding fait partie de ce cas là puisque je suis tombée dessus totalement par hasard en allant chez Foyles à Londres. J’ai trouvé la couverture magnifique et l’univers prometteur, du coup il s’est très rapidement retrouvé dans mon panier.

« We’ve been called witches since the beginning of time »

Si je devais décrire ce livre en un mot, je choisirais sans doute « surprise ». En effet, l’histoire n’a pas du tout pris la direction à laquelle je m’attendais. Si vous êtes un(e) fervent(e) admirateur(trice) des univers fantastiques riches, passez votre chemin. Malgré le résumé, l’histoire ne se concentre pas du tout sur le plan en quelque sorte magique des livres qui contiennent les souvenirs et des Binders capable de créer ces livres.

« Well, knowledge is always a kind of magic, I suppose »

Ici, le coeur de l’histoire repose plutôt dans la découverte de soi. Comme le présente le résumé, Emmett va tomber sur un livre possédant des souvenirs qu’il a voulu oublier. De là, naissent une multitude de questions qui peuvent résonner avec le lecteur. Que ferait-on si nous nous retrouvions à sa place ? Voudrions-nous savoir le contenu du souvenir ? Ou plutôt passer son chemin et suivre sa première volonté, à savoir oublier ces évènement.

« Taking away pain, making the bad things go away… So respectable. »

Du côté du personnage d’Emmett, on assiste également à une grande évolution dans sa personnalité. Au départ, ce n’est qu’un garçon effrayé et incertain puis son parcours va l’amener à se renforcer, prendre confiance en lui, en sa force et en ses sentiments. C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé même si j’ai eu l’impression de l’observer de loin, plutôt que de vraiment l’incarner.

« Whatever people can’t bear to remember. Whatever they can’t live with. We take those memories and put them where they can’t do any more harm.»

Le résumé ne le mentionne pas du tout mais il s’agit d’un livre LGBT dans lequel apparaît une romance M/M. J’ai énormément aimé le développement de cette relation, les sentiments mais surtout la représentation puisque dans cette histoire, le personnage est confronté aux mêmes difficultés présentes dans le monde réel. Par exemple, on voit les préjugés et les regards de travers donnés par des personnes intolérante.

« How many people are walking around us with half their lives missing ? »

En conclusion, c’est une lecture que j’ai bien aimé pour le côté psychologique. Par contre, je m’attendais à une histoire totalement différente et le côté fantastique n’est pas vraiment exploité. Si jamais vous chercher une bonne histoire fantastique, passez votre chemin.

Auteur : Bridget Collins
Titre : The Binding
Edition : HarperCollins
Nombre de pages : 448 pages
Prix : £12.99etoile31

 

1 comment / Add your comment below

Laisser un commentaire