Chroniques,  Fantasy

Chronique : Un palais d’épines et de roses| Sarah J Maas

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels. Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse. Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ? A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

QUEL COUP DE COEUR !!! Je pense que je n’ai même pas de mot assez fort pour décrire mon amour pour un palais d’épines et roses (ACOTAR pour les intimes). La dernière fois que j’ai eu un coup de cœur aussi énorme était pour la saga TMI qui, même 5 ans plus tard, est restée ma saga préférée jamais égalée. Je me suis lancée dans l’histoire suite aux nombreux avis positifs et maintenant je comprends vraiment pourquoi. L’histoire est très bien imaginée, les personnages totalement addictifs et une fois la dernière page achevée, l’envie de courir au magasin acheter le tome 2 est très prenante. D’ailleurs à l’heure où je vous parle, monsieur est en direction de ma maison. En plus tu veux un petit secret ? D’après les rumeurs, il serait encore meilleur que le premier !!

Petite parenthèse : Concernant le livre, je l’ai commandé en VO sur Bookdepository (on fait des économies comme on peut) et malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à trouver la traduction des citations, du coup, je les laisse en anglais en espérant que la majorité d’entre vous puisse les comprendre.

« A life for a life. Any unprovoked attack on faerie-kind humans are to be paid only by human life in exchanges »

Donc revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Fae pour être plus exacte. A la base, le livre est une réécriture du conte de la Belle et la Bête et d’ailleurs on retrouve énormément d’éléments du conte, surtout dans la première partie de l’histoire. Feyre, (la personne principale) est contrainte de quitter son père et ses sœurs pour aller vivre dans un manoir avec Tamlin qui est un Fae. Le problème c’est qu’entre Fae et humains c’est pas franchement l’amour fou, il y a un lourd passé derrière, les humains étaient les esclaves des Fae et toute sa vie, Feyre a entendu des histoires et des légendes sombres sur eux. Et puis au fur et à mesure, tout comme Belle qui se rend compte que la bête n’est pas si monstrueuse que ça, c’est la même chose pour Feyre avec Tamlin.

« In our world where we’d forgotten the names of our gods, a promise was law ; a promise was currency ; a promise was your bond »

Concernant le personnage de Feyre, il s’agit vraiment d’un coup de cœur. Au départ, elle m’a beaucoup fait penser à Katniss de la saga Hunger Games puisque comme elle, elle vient d’une famille pauvre et c’est elle qui subvient aux besoins de sa famille en allant à la chasse. On a l’impression d’avoir un personnage froid et indépendant, mais très vite on voit que Feyre est dotée d’un immense cœur, elle se sacrifient en permanence pour les gens qu’elle aime et elle a accumulé beaucoup de souffrance tout au long de sa vie.

« The sky was an eddy of molten amethyst, sapphire, and ruby, all bleeding into a final pool of onyx »

Concernant l’univers, il est tellement bien décrit. On découvre les différents éléments de Prythian au travers du regard de Feyre sauf que cette dernière est une artiste et qu’elle a une manière bien à elle de décrire ce qu’elle voit. Elle utilise des comparaisons imagées, des tonalités de couleurs vraiment précises, elle utilise son regard artistique et cela rend le monde mystique des Fae encore plus merveilleux et fantastique à découvrir.

« I would never be able to capture that—never be able to paint the feel and taste of him, no matter how many times I tried, no matter how many colors I used »

Bien sûr, vient ensuite la romance. Comme le livre est une réécriture de la Belle et la Bête, tout lecteur plein de bonne jugeote se doute que l’histoire d’amour va prendre une bonne partie de l’intrigue. Au final, la romance est présente mais ne déborde pas. J’ai eu l’occasion de lire des livres où la relation des personnages prenait complètement le pas sur l’histoire et puis plus rien ne se passait autour. Ici, ce n’est pas le cas. J’ai trouvé que l’autrice avait parfaitement réussi à rythmer la relation qui se développe petit à petit. La vision de Feyre passe de monstre à colocataire à ami à amour. Elle progresse le long du livre et je n’ai pas eu le sentiment que cela arrivait trop vite. Par conséquent, la relation entre Tamlin et Feyre gagne en réalisme. Un élément que j’ai particulièrement apprécié est que, malgré la situation, l’autrice nous fait vraiment ressentir que Feyre n’est pas traité comme une prisonnière, mais davantage comme une habitante de la maison au même titre que Lucien ou Tamlin.

« You never made me feel like a prisoner—never made me feel like little more than chattel. »

Finalement, le scénario de l’histoire est bien présent, il se passe toujours quelque chose et l’histoire possède un très bon rythme et puis mention spéciale pour le dénouement de l’histoire qui a été pour moi, totalement imprévisible. Enfin bref, un énorme coup de cœur sans point négatif pour ma part.

« Your senses are your greatest enemies; they will be waiting to betray you. »

 Edition française  Edition VO (celle en photo)
 Auteur : Sarah J. Maas
Titre : Un palais d’épines et de roses
Edition : Editions de la Martinière
Nombre de pages : 525 pages
Prix : 18.90€
 Auteur : Sarah J. Maas
Titre : A Court of Thorns and Roses
Edition : Bloomsbury
Nombre de pages : 416 pages
Prix : 10,85€

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

22 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :