Chronique : La chambre des merveilles | Julien Sandrel

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Aujourd’hui je vous retrouve pour une chronique sur un livre que j’attendais énormément. J’ai nommé : La chambre des merveilles de Julien Sandrel. Un titre qui fait rêver, une couverture haute en couleurs et un résumé bouleversant, il n’en fallait pas plus pour me trouver charmée. Du coup, j’ai commencé ma lecture avec de très hautes attentes et il faut dire qu’elles ont été pour la plupart remplies. Le livre commence directement avec l’accident de Louis, on rentre de suite dans l’histoire et on est frappé par l’accident d’un petit garçon que l’on ne connaît que depuis quelques minutes. La mise en place du carnet n’arrive que plus tard, pour cela il faut que Thelma, la mère de Louis, réussisse à franchir un cap, réussisse à rentrer dans la chambre de son enfant plongé dans le coma.

« Je ne le savais pas encore, mais il y aurait un avant et un après ce samedi 7 janvier 2017, 10h32. »

Concernant les personnages, il est important de parler de Thelma puisque c’est au travers de ses aventures que l’on va vivre cette histoire. Je pense qu’il conviendrait de parler de deux Thelma, celle d’avant l’accident et celle d’après puisque, sans surprise, un choc d’une telle ampleur bouleverse et change totalement une personne. La Thelma d’avant est obnubilée par son travail, elle n’a pas de vie en dehors de ça, elle ne parle plus à sa mère, n’a pas d’amis, pas de mari. Au final, c’est juste elle, son fils et son travail. Elle est continuellement confrontée au sexisme dans son travail, on a un aperçu mais surtout une belle critique de la vision de la femme de la société : elles ne doivent pas avoir de famille, être disponibles en permanence, ne pas vieillir et faire face à des propos déplacés, le tout en gardant le sourire. En bref, être inhumaine. Thelma fait face à ça sans rien dire, jusqu’au jour où c’est trop.

« Alors le médecin m’a expliqué. Lentement. Choisissant ses mots. Mon monde a fini de s’écrouler. Louis ne montrait aucun signe de réveil. »

Après l’accident, elle va beaucoup se remettre en question et se rendre compte qu’elle est complètement passée à côté de sa vie. Elle va renouer des liens avec des personnes perdues, faire de nouvelles expériences et finalement s’accorder le droit de vivre réellement. Elle va vivre les rêves de son fils, découvrir ses passions et lier un lien avec lui. Une bonne surprise est que je m’attendais vraiment à une lecture bouleversante qui allait faire sortir mes larmes de crocodiles mais là c’est l’opposé. Bien sûr certains passages sont tristes mais au final, on part plutôt sur un roman feel good. On voit Thelma se reconstruire, profiter de sa vie, vivre des aventures toutes plus dingues les unes que les autres et renouer des liens perdus. Au final, c’est une toute nouvelle Thelma qui naît.

« Mon très cher, mon précieux carnet des merveilles, je te confie la liste de toutes les expériences que j’aimerais vivre avant de mourir : mes merveilles. C’est un peu comme une liste de rêves, sauf que pas vraiment puisque je n’y ai mis que des choses qui me semblent réalisables. »

Mais Thelma n’est pas la seule qui voit sa vie totalement chamboulée. On va voir l’impact de Louis et de son carnet des merveilles sur d’autres personnes. De plus en plus de personnes vont rejoindre Thelma  dans cette folle aventure. D’abord sa propre mère, puis Edgar, l’entraîneur de football de Louis, puis Isa, la fille d’Edgar mais également le personnel de l’hôpital et d’autres parents qui vont s’inspirer de l’idée de Thelma pour aider leurs propres enfants. Au final, Louis va changer la vie et redonner plaisir et espoir à toutes les personnes qui vont croiser de près ou de loin son chemin.

« Moi, j’écoute les silences, les hésitations, les mots choisis, ceux qui se sont échappés et qu’on aurait voulu retenir, la mélodie, l’humeur, les respirations. »

Un autre bon point du livre concerne justement Louis, j’ai été agréablement surprise en ayant des chapitres de son point de vue. Alors certes, il est coincé dans son lit d’hôpital sans pouvoir bouger, ni parler, mais ça a été très agréable de découvrir ses pensées et sa conscience du monde extérieur. C’est un petit garçon très mature pour son âge qui offre des passages magnifiques à lire, alliant à la fois la tristesse et l’espoir.

« Je ne reconnais plus ma mère. C’est elle, bien sûr. Mais en plus ouverte, plus gaie, plus détendu, plus drôle. Et aussi en plus sincère, plus expressive. C’est ma mère en mieux. »

Si je devais trouver un petit quelque chose à redire à l’histoire c’est que parfois, je n’ai pas compris toutes les réactions de Thelma et que certaines merveilles de Louis ne me paraissait pas forcément adaptées à un garçon de 12 ans. Concernant la fin, je ne peux pas en dire grand-chose sans risquer de vous spoiler mais j’ai complètement été bouleversée par la fin. Au final, c’est une lecture que j’ai beaucoup appréciée et que je recommande énormément.

Auteur : Julien Sandrel
Titre : La chambre des merveilles
Edition : Calmann Levy
Nombre de pages : 265 pages
Prix : 17,90€

Et vous, avez vous-lu ce livre ? Sinon, vous êtes plutôt lecture bouleversante ou roman bonne humeur ?

14 comments / Add your comment below

Laisser un commentaire