Chroniques

Chronique : La croix de Morrigan | Nora Roberts

Irlande, 1128. Hoyt Mc Cionaoith pratique la magie tandis que son jumeau, Cian, excelle dans l’art de l’épée. Les deux frères sont très unis, même si Hoyt est austère et posé alors que Cian est désinvolte. Lorsque la démone Lilith s’approprie l’âme de ce dernier, Hoyt refuse de devenir une créature diabolique et avide de sang comme son frère. La déesse Morrigan le charge alors de combattre les vampires qui répandent leur malédiction sur le monde. Hoyt accepte, obsédé par l’espoir de sauver son frère et se retrouver propulsé au XXIè siècle, où une belle sorcière aux cheveux de feu se dresse à son côté dans le combat.

Aujourd’hui, on se retrouve pour une chronique sur un livre qui dort depuis très longtemps dans ma bibliothèque. Je dois avoir la trilogie du cercle blanc depuis au moins 5 ans maintenant, 5 ans que ma mère me rabâche de les lire, 5 ans qu’elle attend de pouvoir en parler avec moi, 5 ans à prendre la poussière dans un recoin perdu d’une étagère (ne me dites-pas que vous n’avez pas de livres abandonnés dans votre bibliothèque …). Du coup, en ayant marre de les voir prendre de la place pour rien, je me suis (enfin) décidée à attaquer cette saga.

« Il y a toujours des monstres, répondit le conteur en le fixant gravement. Tout comme il y a toujours des hommes pour se dresser contre eux et d’autres pour se joindre à eux. »

J’ai adoré le fait que l’histoire principale se déroule au travers de deux Irlande : d’abord celle du XIIème siècle, puis celle du XXIème siècle. Aujourd’hui, la plupart de mes lectures se déroulent aux Etats-Unis ou dans de grandes villes et capitales internationales. Au final, ce sont toujours des villes très modernes et dynamiques et ça fait du bien de changer un peu d’endroit. L’Irlande est un pays complètement dépaysant avec de vastes étendues de champs d’herbes vertes et puis, il y a tout une aura mystique qui entoure ce pays et qui plonge le lecteur directement dans l’histoire.

« Certains alliés viendront à toi. D’autres seront à trouver. La Sorcière, le Bras Armé, l’Érudite, Celui qui est plus d’un et Celui qui n’est plus. »

Concernant les personnages, on embarque dans une aventure avec 6, voir 7 personnages. On apprend à tous les connaître et les aimer malgré leurs différences de caractère. S’il y a bien deux personnages qui ont relevé l’intérêt de cette aventure, ce sont bien sûr Cian et Glenna. On pourra également ajouter Blair, même si j’ai regretté son arrivée très tardive dans l’histoire. Cianc’est l’archétype classique du vampire : un homme dur, froid, insensible et doté d’un sarcasme que j’ai adoré. Au fil des pages, on va apprendre à le cerner de manière plus précise en faisant bien attention à chacun de ses gestes et de ses mots et on va s’apercevoir que finalement, il n’est pas si insensible que ça aux émotions humaines. On a ensuite Glenna, la femme typique du XXIème siècle, indépendante, courageuse et qui a toujours son mot à dire. Elle ne se laisse pas intimider, répète en permanence qu’elle n’a pas besoin de quelqu’un pour la sauver et j’ai beaucoup aimé son personnage.

« Six élus unis dans un cercle sacré aussi fort et juste que le bras d’un dieu ! »

Maintenant venons-en aux points faibles. Un des points qui m’a énormément gêné, c’est le côté beaucoup trop linéaire du livre. On a des personnes qui ne se connaissent pas, ils vont devoir apprendre à se connaître, apprendre à se battre et à agir en véritable équipe. Du coup, on va les voir créer des liens et se rapprocher ce qui est plutôt agréable sauf que tout le roman oscille entre entraînements et de temps en temps des attaques de vampires, puis rebelote encore, entraînements, vampires, entraînements, vampires et je n’ai pas eu l’impression de voir de véritables progrès dans l’histoire.

« Parce que si je devais vivre cinq minutes dans un monde où tu n’existerais pas, ces cinq minutes ressembleraient à une éternité pour moi. »

Ensuite un autre point qui m’a dérangé c’est la relation entre Glenna et Hoyt. Au départ, j’étais complètement fasciné par ces deux personnages. Tous les deux possèdent de la magie et cette magie fusionnée avec leur amour donne quelque chose de complètement transcendant. Au-delà de la rencontre de corps et d’esprit, c’est surtout la rencontre de deux âmes sœurs, deux âmes qui fusionnent formant un amour puissant et fort. Sauf que voilà, cet amour est tellement fort qu’il prend une trop grosse place dans l’intrigue. Alors qu’au départ, j’adorais les voir ensembles, j’ai fini par en avoir marre, je voulais juste que l’histoire avance et là ça ne faisait que la ralentir.

« Je suis ici parce que si je ne fais rien, si je n’essaie pas de me battre, tout ce que nous sommes, tout ce que nous connaissons, tout ce que nous aimons sera anéanti. »

Au final, je pense vraiment que c’est une saga prometteuse mais avec un premier tome faible, beaucoup trop linéaire et plat. Nora Roberts a une jolie plume mais on remarque vite qu’elle est beaucoup plus à l’aise dans la romance que dans le fantastique. Malheureusement, le fantastique est également l’un de mes genres préférés, j’ai lu énormément de livres et je suis habituée à des univers beaucoup plus dynamiques et développés que celui-ci. Du coup, je pense que c’est une bonne lecture pour les adeptes de romance et de fantastique léger, mais ne conviendra pas aux lecteurs les plus exigeants.

Auteur: Nora Roberts
Titre : La croix de Morrigan
Edition: J’ai lu
Nombre de pages : 537 pages
Prix : 8,10€

Et vous, avez-vous déjà lu du Nora Roberts ?

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :