Chroniques,  Fantasy

Chronique : A Court of Wings and Ruin | Sarah J. Maas

 Feyre est retournée à la Cour du Printemps, déterminée à rassembler des informations sur les manœuvres de Tamlin et sur le roi menaçant de mettre Prythian à genoux. Mais pour cela, elle va devoir jouer à un jeu mortel et un seul dérapage peut signifier la mort non seulement pour Feyre, mais pour son monde également.

Alors que la guerre les frappe tous, Feyre doit décider à qui faire confiance parmi les éblouissants et meurtriers Grands Seigneurs, et rechercher des alliés dans des endroits inattendus.

Attention, risque de spoiler si vous n’avez pas lu les tomes précédents !!

Chronique du tome 1 : Un palais d’épines et de roses
Chronique du tome 2 : Un palais de colère et de brume

Dans le style saga populaire qu’il fallait absolument lire, la saga Acotar en faisait partie. Je me suis donc lancée dans l’aventure sans m’attendre pour le moins du monde à l’immense coup de cœur qui allait me frapper. Dans de précédentes chroniques, je vous avais expliqué avoir adoré le tome 1 et le tome 2 avait été une énorme claque littéraire et mon livre coup de cœur de l’année. C’est donc avec une très grande appréhension que je me suis lancée dans cette lecture du dernier tome. D’une part, je devais absolument connaître la suite de cette histoire mais d’un autre côté, j’avais tellement peur d’être déçue et je ne voulais pas quitter ce monde et cet univers dont je suis tombée amoureuse.

« But whenever the knife beneath my pillow seemed to whisper her name, I’d remind myself of my friends. The family that was alive—healing in the North. »

Tout comme le tome 2 m’avait laissé dans tous mes états, ici c’est encore le cas. Bien que le livre précédent reste mon préféré, celui-ci a su répondre à mes attentes et à me laisser sans voix. Je vous avoue avoir beaucoup de mal à écrire cette chronique. En général, j’arrive assez facilement à confier mon ressenti sur un livre mais ici, je ne pense pas qu’il existe de mot assez fort pour décrire à quel point j’ai aimé ma lecture.

« But the battle was the smile I forced to my mouth. To my eyes—the real tell of a smile’s genuine nature. I’d practiced in the mirror. Over and over. »

On retrouve Feyrequelques semaines après les événements du tome 2. Elle est de retour à la Cour du Printemps et doit de nouveau subir le caractère de Tamlin, mais alors qu’elle était totalement sous son emprise dans le livre précédent, ici c’est une Feyre beaucoup plus forte qui revient au palais. Je tiens à noter que l’évolution de son personnage du premier tome à celui-ci est tout simplement exceptionnelle. Dès les premières pages, je n’attendais qu’une chose : que Feyre retourne à Velaris aux côtés de sa famille et cela est arrivé beaucoup plus vite que je ne le pensais, à mon plus grand bonheur.

« I missed you. Every second, every breath. »

Alors que le tome 2 nous permettait de découvrir plus en profondeur Rhysand, Cassian, Azriel, Mor et Amren, ici l’accent est mis sur Nesta et Elain, mais également Lucien. J’ai d’ailleurs été ravie de retrouver ce-dernier puisque je l’avais beaucoup apprécié dans le premier tome, mais il m’avait ensuite déçue de par son inaction lorsque Feyre en avait le plus besoin. Je le voyais vraiment comme la marionnette de Tamlin et j’ai beaucoup apprécié de le voir prendre son indépendance.

« My goal was bigger than revenge. My purpose greater than personal retribution. »

La magie de Sarah J. Maas c’est qu’avec ses mots, elle arrive à nous faire complètement changer d’avis sur certains éléments ou personnages. Par exemple, Nesta était un personnage que je ne supportais pas du tout et, à ma grande surprise, plus les pages défilaient et plus je me trouvais attachée à elle. A l’inverse, Tamlin que j’avais plutôt apprécier dans le tome 1 était devenu complètement détestable dans le tome 2 et malheureusement encore plus dans le tome 3. Et pourtant, malgré ma haine pour ce personnage, Maas a réussi à me faire ressentir de la tristesse pour lui à certains moments (mais je le déteste toujours autant).

«  You and this city helped wake me up—helped bring me back to life.” His eyes flickered as I smiled up at him. “I will fight with everything I have, too, Rhys. Everything. »

La relation de Feyre et Rhysand est toujours aussi magnifique. Par rapport au tome précédent, elle est moins mise en avant mais reste quand même présente. Un élément que j’ai particulièrement aimé est la liberté de choix, qui est d’ailleurs le fondement de leur relation. Dans des livres similaires, avec des situations de guerre, on a souvent des situations où l’homme ne veut pas que la femme aille se battre puis les deux se disputent et au final, la femme va se battre et est en grande partie responsable de la victoire. Ici point de dispute, Rhysand lui laisse le choix d’aller se battre ou non. On est sur une relation très pure et saine, totalement basée sur le libre arbitre.

« Because you’re my equal,” he said. “And as much as that means having each other’s backs in public, it also means that we grant each other the gift of honesty. Of truth. »

Là encore un point fort de Maas, c’est qu’elle arrive parfaitement à lier l’intrigue et les personnages. D’un côté, on découvre encore des éléments sur le passé des personnages, on a une histoire personnelle qui est très riche et parfaitement bien imaginé. On découvre également de nouveaux personnages et j’ai d’ailleurs adoré rencontrer tous les Grands Seigneurs des différentes cours. Et l’action n’est pas en reste puisqu’elle est bien présente. On est sur la fin d’une trilogie, la guerre est sur le point d’éclater et les affrontements sont multiples.

« It’s all part of the game, Feyre darling. Who to trust, when to trust them—what information to barter. »

La fin m’a totalement coupé le souffle, j’avais le cœur qui battait à 100 à l’heure et jusqu’au dernier moment, Maas multiplie les retournements de situations. On croit que c’est terminé et puis en fait non, c’est reparti pour un tour. Je ne conseille pas du tout cette lecture aux personnes cardiaques puisque j’ai moi-même eu la sensation que mon cœur n’allait pas survivre à cet ascenseur émotionnel.

« We deserve to be happy,” he said, his eyes sparkling enough to tell me that he recalled the words I’d given him on the town house roof after the attack. “And I will fight with everything I have to ensure it. »

Après un tome 2 qui avait été un énorme coup de cœur, la barre était très haute et pourtant ce troisième tome a été à la hauteur de la trilogie, un parfait mélange d’actions, de relations, de découvertes et de retournements de situations. J’ai beaucoup aimé ce livre mais j’ai l’impression qu’il y a encore pas mal de possibilité et d’ouvertures possibles pour peut-être repartir sur une nouvelle trilogie si l’autrice le désire.

« War would linger with me long after it had ended, some invisible scar that would perhaps fade, but never wholly vanish. »

Au final, c’est une saga qui s’est définitivement classée parmi mes sagas favorites aux côtés des TMI. Ces livres m’ont vraiment marqué et j’ai l’impression d’avoir laissé d’une certaine façon, une partie de moi à l’intérieur de ces pages.

Auteur: Sarah J. Maas
Titre : A court of Wings and Ruin
Edition: Bloomsbury Publishing
Nombre de pages : 720 pages
Prix : 9,99€

Et vous, avez-vous plongé dans l’univers ACOTAR ? Comment avez-vous trouvé ce troisième tome ?

Petites informations supplémentaires :

  • Un quatrième tome nommé ACOFAS (A Court of Frost and Starlight) est paru le 1er mai dernier. Ce n’est pas réellement un quatrième tome mais plutôt une nouvelle qui va permettra à Sarah J. Maas de faire le pont avec sa prochaine saga.
  • ACOWAR n’est pour le moment disponible qu’en VO et aucune date pour la version française n’a encore été annoncé.
  • Il semblerait que la saga ACOTAR soit bientôt adaptée à l’écran, mais je ne sais pas du tout encore s’il s’agira d’un film ou d’une série.

23 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :