Chroniques,  Fantastique

Chronique : Le prince des ténèbres | Cassandra Clare

Les sentiments d’Emma pour Julian, son parabatai, font obstacle à sa mission. Pourtant, la jeune Carstairs l’a appris à ses dépens : leur amour est interdit, et pire ! il pourrait les détruire tous les deux. La Chasseuse d’Ombres sait qu’elle devrait fuir… Pourtant, alors que l’étau se resserre dangereusement autour des Blackthorn, Emma ne peut se résoudre à les abandonner. Leur dernière chance est cachée entre les pages d’un grimoire aux terribles pouvoirs : le Livre Noir. Mais tous souhaitent s’en emparer. La guerre n’a jamais été aussi près d’éclater…

Pour la petite histoire, j’ai lu le premier tome de la trilogie Renaissance (The Dark Artifices en VO) l’été dernier et, sans surprise, Cassandra Clare a su une nouvelle fois me séduire avec cette nouvelle saga. Le premier livre avait été un énorme coup de cœur et la fin tellement horrible à encaisser que, dès la dernière page tournée, je me suis jetée sur BookDepository pour commander la suite. Seulement voilà, presque 1 an s’est écoulé et je n’avais toujours pas commencé le tome 2. Pourquoi ? Aucune idée. Je pense que le fait que la suite ne sortait que 2 ans plus tard m’a beaucoup freiné. Seulement voilà, avec la sortie VF de ce second tome, je le voyais énormément sur la blogo et j’ai enfin eu envie de l’attaquer.

« Vous croyez que les anges sont doux ? lança-t-il. C’est tout le contraire. Ils n’hésitent pas à faire couler le sang et à déchaîner le feu céleste pour exercer la justice. Ils se vengent à coups de poing et d’épée. »

Une des premières choses que j’ai noté durant ma lecture est le constant progrès d’écriture de Cassandra Clare. Je trouvais déjà la saga TMI merveilleusement bien écrite mais je trouve que là, elle est encore passé un cran au-dessus. L’histoire est plus dynamique, on suit beaucoup plus de personnages en même temps et surtout, chose assez exceptionnelle, c’est qu’après 11 livres (sans compter les livres compagnons), elle arrive toujours à enrichir son univers au point de toujours réussir à nous faire découvrir de nouvelles choses. Moi qui pensait tout connaître du monde des Chasseurs d’Ombres, Cassandra Clare me prouve le contraire.

« – Et comment on fonctionne ?

– Comme une machine très compliquée. Vous êtes très liés : l’un de vous fait un pas et tous les autres suivent. Vous êtes la famille la plus unie que j’ai jamais rencontrée. »

Ensuite, j’ai complètement été ravie de retrouver tous les personnages, y compris ceux d’anciennes sagas. Dès que je vois les noms de Jace, Clary, Magnus, Jemet tous les autres apparaître, je fais des bonds de 6 mètres de haut. Comparé au premier tome, je trouve que certains personnages comme Ty, Livvyou Kitsont beaucoup plus mis en avant et c’est une réelle force.

« Tu es un Herondale, ce qui, à propos, signifie que, non content d’appartenir à une famille de beaux garçons, tu as aussi des droits sur la fortune considérable qu’elle a amassée au fil des siècles »

Kitest vraiment la découverte de l’histoire. Il m’a beaucoup fait penser à Clarypuisque les deux ont une histoire assez similaire, ayant vécu pendant une très grande partie de leur vie comme des humains et non des chasseurs d’ombres. Là où il y a une différence, c’est que Clary ignorait tout de ce monde et était en soif d’apprendre alors que Kit connaît ce monde et le rejette. J’ai adoré le caractère de Kit, qui m’a énormément rappeler celui de Jace, et j’ai apprécié de le voir, au fil des pages, s’intégrait davantage avec les autres personnages et notamment les jumeaux.

« Avant, elle pouvait tout dire à Julian. Désormais, il était la seule personne de son entourage à qui elle était incapable de parler. »

Au niveau des histoires d’amour, il y en a énormément entre plusieurs personnages. Celle de Julianet Emmam’a vraiment brisé le cœur, en étant Parabatai, leur amour est impossible et en essayant de s’éloigner, chacun fait du mal à l’autre. Si je déteste en général les triangles amoureux, ici, et pour la première fois dans mon expérience de lectrice, j’ai adoré la relation Kieran/Cristina/Mark. Honnêtement, je suis incapable de vous dire quels couples je préfère à l’autre. S’ils pouvaient finir tous les trois ensembles ça m’arrangerait tout autant.

« On a peur de perdre nos proches parce qu’on les aime. On a peur de la mort parce qu’on aime la vie. C’est important d’avoir peur. Sinon, c’est qu’on ne ressent rien. »

Concernant l’intrigue, on replonge directement dans l’univers et très rapidement, de nouveaux mystères sont découverts. Le fait de suivre d’un côté les aventures de Julian/Emma et de l’autre Kit/Tavvy/Ty permet d’avoir un livre très dynamique avec des actions qui s’entrecoupent et s’enchaînent. Ça peut être déstabilisant au départ mais au final c’est un style d’écriture que j’ai énormément apprécié.

«  La difficulté n’est pas tant de mourir pour un ami que de mourir pour un ami qui en vaille la peine.  »

Un autre point fort de ce livre, mais également des livres de Cassandra Clare en général, c’est qu’il y a énormément de représentation, ce qui reste encore assez rare dans la littérature de nos jours. Tyest un adolescent autiste et c’est l’une des premières fois où je lis un livre où l’autisme est mis en avant. Alors certes nous sommes dans un contexte fantastique, donc éloigné de la réalité, mais il n’empêche que les difficultés qu’il rencontre pour comprendre le monde autour ou les crises de paniques restent réelles et vécues par de nombreux individus. A travers le personnage de Ty, Cassandra Clare montre que l’autisme n’est pas un frein et que ça ne l’empêche pas d’être un combattant au même titre que tous les chasseurs d’ombres.

« Les héros ne gagnent pas toujours. Parfois, ils échouent. Mais ils ne renoncent jamais. C’est ce qui fait d’eux des héros.  »

Toujours dans la représentation, Cassandra Clare avait déjà représenté la communauté LGBTQ+ dans la saga TMI avec des couples comme Magnus/Alec ou Aline/Helene. Dans le prince des ténèbres, c’est un personnage transsexuel qui fait son apparition et encore une fois, même si l’on se trouve dans un contexte fantastique, il n’empêche que de vraies questions sont soulevées telle que la difficulté à se faire accepter dans une société fermée d’esprit.

« Une période sombre s’annonce pour les Chasseurs d’Ombres. Des heures terribles. Leur pouvoir sera anéanti, leur volonté piétinée et leur sang grossira tous les cours d’eau du monde. »

Et puis dernier point important : la fin. Que dire ? J’ai terminé ma lecture à 03h00 du matin, totalement chamboulée. Plus j’approchais de la dernière page et plus je me disais « C’est bizarre, c’est très calme » et puis Cassandra Clare m’a rappelé qu’elle adorait faire souffrir ses lecteurs. La fin est tout simplement horrible émotionnellement et je n’ai aucune idée de comment je vais faire pour attendre la sortie du tome 3 (183 jours à attendre au moment où j’écris ces lignes). Il y a énormément de questions laissées en suspens mais également beaucoup de problèmes à régler promettant alors un dernier tome explosif.

 EDITION FRANÇAISE  EDITION VO (CELLE EN PHOTO)
 Auteur : Cassandra Clare
Titre : Le prince des ténèbres
Edition : PKJ
Nombre de pages : 816 pages
Prix : 20.90€
 Auteur : Cassandra Clare
Titre : Lord of Shadows
Edition : Simon & Schuster
Nombre de pages : 699 pages
Prix : 17,60 €

Et vous, avez-vous lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ? <3

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :