Chroniques,  Science-fiction

Chronique : Phobos 3 | Victor Dixen

FIN DU PROGRAMME GENESIS DANS 1 MOIS…
1 JOUR…
1 HEURE…
ILS SONT PRÊTS A MENTIR POUR SAUVER LEUR PEAU
Ils sont les douze naufragés de Mars.
Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge.
Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.
ELLE EST PRÊTE A MOURIR POUR SAUVER LE MONDE
Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ?
MÊME SI LE COMPTE À REBOURS EXPIRE, IL EST TROP TARD POUR RENONCER.


Après le coup de cœur pour le tome 2 de Phobos, j’attendais avec énormément d’impatience de connaître la suite d’autant plus que Dixen avait arrêté son précédent tome sur un point critique de l’histoire. Malheureusement ce tome n’a pas été à la hauteur de mes espérances.

« Seule.
Toujours le même mot.
Toujours la même malédiction. »

Le livre démarre au quart de tour et on retrouve les personnages qui viennent d’apprendre la trahison de Marcus. Ce livre, comparé aux précédents, se dote d’un aspect politique beaucoup plus présent. Si jusque-là la menace reposait entre les candidats envoyés sur Mars et Serena McBee, ici c’est un conflit à l’échelle mondiale qui s’ouvre, avec notamment de grosses tensions entre les Etats-Unis et la Russie rappelant les conflits géopolitiques de la guerre froide. C’est également dans ce tome que l’on en découvre davantage sur les plans de Serena mais également sur l’ampleur de sa folie.

«  Vous avez raison, un beau visage peut inspirer un amour éphémère, dit-il. Mais le pouvoir ! Lui seul peut nourrir une passion éternelle. Sa beauté ne se fane pas. Le désir qu’il attise ne cesse jamais de brûler.  »

Si le livre démarrait bien et présentait une bonne intrigue, il a néanmoins très vite perdu de son rythme. Si certaines actions m’ont coupé le souffle (notamment à la fin), elles étaient néanmoins trop peu présentes et entourées de nombreuses lenteurs. Vient également s’ajouter à cela un saut dans le temps d’un an qui m’a dérangé et m’a donné l’impression de manquer énormément de choses dans la vie des personnages.

« Nous sommes des figurants dans un film dont le script nous échappe. »

Au niveau des personnages, j’ai également été assez déçue. Alors que dans le tome 2, ils formaient un tout, une équipe soudée, voir même une famille, ici le groupe explose. Les couples se font et se défont, un chef émerge et les autres personnages sont complètement passifs. Beaucoup d’entre eux sont naïfs et aveuglés et je n’avais qu’une envie : de les secouer de toutes mes forces.

« Il n’est plus possible de leur enlever cet espoir, à présent. La volonté de survivre s’est enracinée en eux plus profondément que le désir de voir un jour éclater la vérité. »

Même Léonor qui m’avait habitué à être forte et indépendante m’a énervé à certains moments en acceptant par exemple d’être suivie H24 pour contrôler le moindre de ses faits et gestes. J’ai regretté l’absence de Marcus pendant la quasi-totalité du livre. C’est un personnage qui apportait beaucoup à l’histoire et j’ai trouvé sa storyline assez mal gérée, me laissant un arrière goût de tout ça pour ça ? Au final, les seuls personnages qui ont suscité mon attention dans ce tome ont été Safia et Samson dont j’ai trouvé l’amitié très pure et réelle.

« Après les mariages, les secrets, le procès, il ne reste rien du temps de l’innocence. Il ne reste rien de l’amour. Il ne reste que la rage de survivre. »

Pour moi, ce tome avait un énorme potentiel mais il n’a pas été à la hauteur des tomes précédents. On sent que Victor Dixen a un million d’idées mais il n’est pas parvenu à les rythmer entre elles. Certains moments traînent en longueur alors que d’autres qui méritaient davantage de développement sont expédiés trop rapidement.

« Ce matin, j’ai enfin trouvé le courage d’aller à la rencontre de Mars, cette planète dont j’ai tellement rêvé lorsque j’étais sur Terre et pour laquelle j’ai tout sacrifié sans hésiter : la morale, l’amitié et l’amour. Ce n’était pas une fuite : c’était un accomplissement.  »

En résumé, si le tome 2 avait été un coup de cœur, celui-ci à a été une déception. Même si la fin sauve un peu le livre, je ne sais pas encore si je lirais la suite puisque j’ai entendu énormément d’avis mitigés voir négatifs sur le dernier tome et qu’après avoir lu ce tome 3, je n’ai pas forcément envie de me remettre dedans de sitôt.

Auteur : Victor Dixen
Titre : Phobos 3
Edition : Robert Laffont
Nombre de pages : 624 pages
Prix : 18.90€

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :