Chroniques,  Fantastique

Chronique : Queen of Air and Darkness – Cassandra Clare

What if damnation is the price of true love?

Innocent blood has been spilled on the steps of the Council Hall, the sacred stronghold of the Shadowhunters. In the wake of the tragic death of Livia Blackthorn, the Clave teeters on the brink of civil war. One fragment of the Blackthorn family flees to Los Angeles, seeking to discover the source of the disease that is destroying the race of warlocks. Meanwhile, Julian and Emma take desperate measures to put their forbidden love aside and undertake a perilous mission to Faerie to retrieve the Black Volume of the Dead. What they find in the Courts is a secret that may tear the Shadow World asunder and open a dark path into a future they could never have imagined. Caught in a race against time, Emma and Julian must save the world of Shadowhunters before the deadly power of the parabatai curse destroys them and everyone they love.

Attention : Spoilers concernant les tomes précédents !

Et voilà la fameuse chronique de Queen of Air and Darkness, un livre dont j’ai attendu la sortie depuis des mois et des mois et comme il s’agissait également du tome final de la trilogie The Dark Artifices, vous vous doutez bien que ça a été une aventure riche en émotion. C’est très dur pour moi d’écrire cet article puisque même plusieurs semaines après ma lecture, j’ai encore un million de pensées qui se battent dans mon cerveau mais au final toutes convergent vers la même idée : ce tome est tout simplement un chef d’oeuvre ! 

« The only thing that fix grief is time and the love of the people who care about you »

Ce livre démarre très peu de temps après la mort de Livvy, de Robert, et on retrouve des personnages complètement brisés, chacun vit son deuil à sa manière mais j’ai été assez déçue de la réaction de Julian et de Ty puisque tous les deux vont se refermer et faire des choix moralement discutables. D’ailleurs en parlant de Ty, c’était un personnage que j’avais adoré dans les tomes précédents mais ici, je dois dire qu’il m’a pas mal agacé.

« Everybody is supposed to be sad. But that’s because they accept that Livvy is dead. But I don’t I don’t accept it. »

Comme d’habitude avec Cassandra Clare, on est sur un livre totalement dynamique, il y a beaucoup d’histoires en parallèle et cette fois, elle va même jusqu’a écrire des intrigues dans quatre endroits différents : Los Angeles, Alicante, le royaume des fées et le monde de Thule dont je vous parlerais plus bas. Ce livre a également été l’occasion de faire revenir beaucoup d’anciens personnages et notamment Aline et Helen que j’ai tout simplement adoré revoir.

« We bring our own truth to the world. Because I believe things will be all right, I will be less unhappy and afraid. »

Côté romance, il y a énormément de couples dans l’histoire et pourtant, ils n’étouffent pas l’intrigue et chacun apporte sa force à l’histoire. La malédiction des Parabatai qui menace Julian et Emma va gager en dangerosité et on se rend compte, qu’ils devront très vite trouver une solution pour pouvoir survivre. Depuis le premier tome, j’avais élaboré un million de scénarios pour permettre de rompre cette malédiction (Gaëlle en est d’ailleurs témoins) et pourtant, Cassandra Clare a réussi a totalement déjouer toutes mes théories en apportant une solution totalement inimaginable.

« The danger of loving Emma had become like a battle scar : a source of pride, a memory of pain. »

Autre couple important de l’intrigue : le triangle amoureux entre Mark, Cristina et Kieran. Dans la chronique du livre précédent, je vous avais expliqué que même si je détestais normalement les triangles amoureux, celui-ci avait totalement fonctionné pour moi puisque pour la première fois, je n’arrivais pas à départager quel couple j’aimais le plus. Là encore, la résolution est assez originale et je suis plutôt satisfaite de cette tournure. J’ai également énormément apprécié de voir d’anciens couples refaire leur apparition comme Magnus et Alec, Simon et Isabelle, Jem et Tessa et bien sûr, Clary et Jace. C’est d’ailleurs une chose que j’aime énormément avec les livres de Cassandra Clare car même si leurs sagas respectives sont terminées, on continue de voir les personnages et de les voir au coeur de nouvelles histoires.

«  I’ll think of what you just said and it will carry me through whatever happens. In the dark, in the shadows, in the times when I am alone, I will remember. »

Concernant l’intrigue, la situation est très tendu dans le monde des Chasseurs d’Ombres puisque la Cohorte gagne en ampleur et en pouvoir politique. De l’autre côté, Annabel est toujours en fuite et l’épée mortelle a été détruite. Les membres de la Cohorte étaient absolument insupportables et leurs idées m’ont énormément rappelé l’idéologie nazie puisque comme eux, ils prônent l’extinction de ceux qu’ils considèrent comme inférieurs aux Chasseurs d’Ombres et mettent même en place des registres d’identifications pour marquer toutes les Créatures Obscures, un procédé qui n’est pas sans rappelé la Shoah.

« They want to make people afraid, to make them stay apart because they have created an environment of fear and suspicion where you could be punished for being with someone you love. »

Plus tôt dans ma chronique, je vous ai parlé du monde de Thule, une toute nouvelle découverte dans l’univers des Chasseurs d’Ombres. C’est un monde totalement surprenant puisque ici, tout ce qu’on pensait savoir s’avèrent être faux. Ce monde est une sorte d’univers alternatif se déroulant après que les chasseurs d’ombres aient perdu leur bataille contre Sebastian. Du coup, les équilibres ont été renversés, de nombreux personnages sont morts, d’autres étant morts dans le monde réel se trouvent être bien vivant dans le monde de Thule.

« Clary, you’re the one who taught me what being a hero means. You said heroes don’t always win. That sometimes they lose, but they keep fighting. »

Cette partie est vraiment originale puisque Cassandra Clare a fait un pari risqué : concentrer toute une partie du livre uniquement à cette histoire. Cela aurait pu vite devenir lassant et pourtant pas du tout, il y a beaucoup d’action, beaucoup de moments émouvants également et cela a permis de revoir un de mes personnages favoris de l’univers et rien que pour ça, j’ai adoré ce monde.

« At the edge of everything, love and faith have always brought me back, and back to you. »

Ce livre est une montagne russe émotionnelle, ce sont 900 pages que l’on ne voit pas défiler puisqu’il y a énormément de personnages et énormément d’intrigues. D’ailleurs concernant les personnages, on fait la connaissance d’un certain Ash qui a été un petit coup de coeur et j’ai vraiment hâte d’en apprendre d’avantage sur lui. La fin est totalement surprenante et remplie d’actions et en même temps, on a la réponse à énormément de questions et on voit des débuts d’intrigues pour la trilogie The Wicked Powers dont le premier tome sera publié en 2020.

« As we all have an infinite capacity to make mistakes, we all have an infinite capacity for forgiveness. »

Vous l’aurez compris, ce livre a été un ultime coup de coeur et il permet de conclure parfaitement une saga qui avait été d’un niveau exceptionnel. Il permet également de confirmer encore une fois que Cassandra Clare est et reste mon auteure préférée et je compte déjà les jours avant la sortie de ses prochains livres.

Auteur : Cassandra Clare
Titre : Queen of Air and Darkness
Edition : Simon & Schuster
Nombre de pages : 880 pages
Prix : 17,44€


Chronique des tomes précédents :

Chronique du tome 2 : Le prince des Ténèbres

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :