Chroniques,  Fantastique

Chronique : La cité des anges déchus – Cassandra Clare

Clary est de retour à New York et la vie est belle : elle s’entraîne pour devenir une chasseuse d’ombres et elle peut enfin appeler Jace son petit ami. Mais tout a un prix. Quand Jace commence à s’éloigner d’elle sans explication, elle se rend compte qu’elle a peut-être déclenché des évènements qui pourraient bien la conduire à la perte de tout ce qu’elle aime… Même Jace.

Attention : Présence de spoilers concernant les tomes précédents !

Dans ma chronique du tome 3 de TMI, je vous avais dit que le tome 4 de la saga était celui que j’aimais le moins de la série. Du moins, c’était ce que je pensais jusqu’au moment de ma relecture. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps : j’ai tout simplement adoré ce livre et je suis ravie d’avoir pu le redécouvrir.

« Maintenant que la réalité et l’imaginaire étaient entrés en collision, il se demandait si, comme lui, Clary regrettait le passé, la normalité. »

La particularité de ce tome c’est que pour la première fois, Clary n’est plus le seul personnage au coeur de la narration puisque certains chapitres sont racontés du point de vue de Simon. Je pense que c’est pour cette raison que je n’avais pas forcément apprécié ce livre lors de ma première lecture puisque justement, Simon ne faisait pas vraiment partie de mes personnages favoris.

« En théorie, l’univers pourrait brusquement s’ouvrir en deux, me laisser d’un côté et toi de l’autre, nous séparer à jamais, mais je ne m’inquiète pas pour ça non plus. Certaines choses, poursuivit Jace avec son éternel sourire en coin, sont trop improbables pour qu’on s’en préoccupe. »

Dans le dernier livre, il y avait eu énormément de changements et de révélations pour les personnages et dans cette suite, chacun essaie d’avancer et de s’habituer maintenant que Valentin n’est plus une menace. Simon vas très vite découvrir que la marque de Caïn n’est pas juste un dessin sur son front et qu’elle contient un pouvoir énorme. Quant à Jace, il a énormément de mal à concilier ses différentes identités, plus particulièrement concernant son appartenance à la famille Herondale.

« Je ne sais pas qui je suis, reprit-il. Quand je m’observe dans le miroir, je vois Stephen Herondale, mais j’agis comme un Lightwood, et je parle comme mon père… comme Valentin.»

Ce livre représente également le tout premier tome où Jace et Clary peuvent enfin vivre pleinement leur relation mais malheureusement tout ne se passe pas exactement pour le mieux puisque Jace s’éloigne de plus en plus. Une chose qui m’a beaucoup touché c’est que peu importe la situation ou la menace, Jace essaie toujours de protéger Clary et son entourage, même si cela consiste à vivre avec Simon afin de le protéger alors que les deux garçons ne s’aiment pas particulièrement. D’ailleurs les scènes entre Jace et Simon sont probablement mes préférés et les plus drôles du livre.

« Vous vous aimez, il suffit de vous regarder pour le comprendre, de cet amour qui peut mettre le monde à feu et à sang ou le ressusciter dans toute sa gloire. »

Ce livre est le premier qui permet de vraiment développer les personnages secondaires. Ainsi, on en apprend d’avantage sur le passé de Maia et j’ai beaucoup apprécié l’arrivé de Kyle, un personnage que j’aime énormément. En plus de la relation de Jace et Clary, d’autres couples gagnent en importance puisque c’est le début du triangle amoureux entre Simon, Isabelle et Maia et pour le coup, mon avis sur les triangles amoureux n’a pas changé mais j’ai beaucoup aimé voir le début de la relation entre Simon et Isabelle. Quand à Magnus et Alec, on assiste à leurs premières difficultés en tant que couple.

« Mais je regarde mes frères offrir leur cœur et je ne peux m’empêcher de penser qu’ils sont bien bêtes. Un cœur, ça se brise. Et je crois même que quand on guérit, on n’est plus jamais le même. »

Concernant l’intrigue, j’ai toujours eu le sentiment que ce quatrième tome servait plus de passerelles entre les deux trilogies puisqu’on on voit ce que sont devenus les personnages après le tome 3 et on met en place un début d’intrigue pour les deux prochains tomes. Ce tome est particulièrement riche concernant les personnages puisque comme je le disais plus haut, on voit les personnages secondaires gagner en importance. Néanmoins, ce tome n’est pas pour autant ennuyant puisque de nouvelles menaces vont apparaître et que des cadavres de Créatures Obscures sont retrouvés aux quatre coins de la ville.

« Il n’y a peut-être pas autant de différences que tu le crois entre la lumière et les ténèbres. Après tout, sans l’obscurité, la lumière ne peut briller. »

Comme d’habitude, l’intrigue est vraiment bien construite et la fin du livre est totalement surprenante. Comme c’est une relecture, je me souvenais à peu près des grandes lignes de la fin du livre et pourtant, j’avais oublié énormément de chose et je me suis trouvée à ressentir exactement les mêmes émotions que lors d’une première lecture : l’angoisse de ce qui va se passer, l’envie de tourner les pages toujours plus vite et l’espoir que peut-être depuis ma dernière lecture certains éléments avaient peut-être changé.

« Le passé, c’est très important. C’est ce qu’on nous apprend dès notre arrivée chez les Praetor. Il ne faut pas oublier nos actions passées, sans quoi on n’apprend jamais rien d’elles. »

Depuis ma relecture des The Mortal Instruments, je me suis surprise à redécouvrir chaque tome et à aimer encore plus cette saga qui pourtant occupait déjà une énorme place dans mon coeur. Pourtant, le tome 4 est sans hésiter ma plus grande surprise puisque je suis passée d’un livre que j’aimais moyennement à un véritable coup de coeur. Je pense que lors de ma première lecture, j’avais été trop déstabilisé par le changement de point de vue et par conséquent, j’étais complètement passée à côté de ma lecture.

« Le pouvoir est un aimant. Il attire ceux qui le convoitent. »

Ce livre fut donc à ma grande surprise un grand coup de coeur et maintenant j’ai vraiment hâte de me lancer dans le tome suivant puisque La cité des âmes perdues est mon tome préféré de Cassandra Clare, toutes sagas confondues.

Auteur : Cassandra Clare
Titre : La Cité des Anges Déchus
Edition : PKJ
Nombre de pages : 507 pages
Prix : 18,15€


Chronique des tomes précédents :

Chronique du tome 1 : La Cité des Ténèbres
Chronique du tome 2 : La Cité des Cendres
Chronique du tome 3 : La Cité de Verre

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :