Chroniques,  Science-fiction

Chronique : Vicious – V.E Schwab

Le combat du mal contre le mal absolu.
Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même… morte et enterrée.
À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l’un de l’autre. Victor, c’est l’ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d’un pessimisme saisissant. Eli, c’est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n’est pas au bout de ses surprises…
Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour  » ExtraOrdinaires « . Aveuglés par l’ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu’Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c’est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté…

S’il y a bien un livre que je vois partout et ce, depuis des mois et des mois, il s’agit de Vicious. Victoria Schwab a écrit pas mal de livres et de saga, notamment la trilogie Shades of Magic que j’ai beaucoup aimé. Pourtant, Vicious sort du lot et fait partie de ces livres hyper populaires sur les réseaux sociaux. Après en avoir énormément entendue parler et avec beaucoup de positif, je me suis dit qu’il était temps de me lancer moi aussi dans cet univers.

« En l’absence de toute douleur, nulle peur ne venait plus le troubler, d’où une forme de mépris, assez inquiétante à vrai dire, pour les conséquences de ses actes »

Il faut savoir que comme d’habitude, je me suis mise à lire ce livre sans savoir quel était le thème du livre et sans avoir lu le résumé. Très vite je me suis retrouvée happée par l’univers. Victoria Schwab a parfaitement réussi à allier science et fantastique et j’ai vraiment adoré cet aspect de l’histoire.

« Une décennie pouvait façonner un homme, changer radicalement sa personnalité »

Un autre élément qui m’a beaucoup plu et qui, pour moi, fait la force du roman, c’est la psychologie des personnages. Ici, on n’est pas sur une histoire classique de super-héros, il n’y a pas de gentil ou de méchant, seulement des personnages complexes aux motivations qui le sont tout autant. D’ailleurs, cette représentation permet aux personnages de gagner en réalisme puisque dans la nature humaine, tout n’est pas blanc ou noir.

« Eli et lui étaient irrémédiablement liés par le trio funeste du sang, de la mort et de la science. »

Dès les premiers chapitres, on fait la connaissance de Victor, un personnage fraichement sortie de prison et qui n’a qu’un but : tuer Eli. Mais là où les choses se corsent c’est qu’on découvre que les deux garçons n’ont pas toujours été ennemis. Du coup à ce moment-là, de nombreuses questions se soulèvent : Pourquoi les deux anciens amis se détestent ? Pourquoi Victor veut-il tuer Eli ?

« Nombreux sont les êtres humains qui ont tout d’un monstre, et nombreux les monstres qui savent se faire passer pour humains. »

L’histoire se déroule en très peu de temps, seulement quelques jours mais en même temps, ces moments sont entrecoupées par des flashbacks qui permettent de comprendre l’origine de leurs pouvoirs, de leurs personnalités et de leurs tensions. Malgré le fait que l’action principale soit entrecoupées, j’ai trouvé le récit très dynamique. L’action commence assez vite et monte crescendo et les chapitres sont construits sous forme de compte à rebours, ce qui crée une certaine anxiété bénéfique au récit.

« Le journal qualifiait le jeune homme de « héros ». Le mot avait de quoi provoquer l’hilarité. Non seulement le terme était ridicule, mais il soulevait une grave question… Vouloir affronter un héros faisait-il de Victor l’incarnation du mal ? »

C’est un livre totalement différent de Shades of Magic. Personnellement, je le trouve plus mature, un peu moins Young Adult que Shades of Magic. Les personnages sont assez attachants, plus particulièrement Victor et Sydney qui malgré leur complexité, m’ont beaucoup touchés. Ce roman se distingue de ce qu’on a l’habitude de lire et il permet de soulever pas mal de question sur la notion de bien et de mal.

« Perdez-vous. Renoncez. Rendez les armes. En fin de compte mieux vaut capituler avant d’avoir commencé. Perdez-vous. Perdez-vous. Et alors, peu importera qu’on ne vous retrouve jamais. »

En résumé, j’ai adoré cette lecture, les personnages et l’univers créés par l’auteure et je dois dire que j’ai vraiment hâte de découvrir la suite. En général, lorsqu’on entend autant parler d’un livre, c’est très dangereux puisque soit on adore, soit on déteste et pour le coup, ce livre m’a totalement charmé.

 EDITION FRANÇAISE  EDITION VO (CELLE EN PHOTO)
 Auteur : V.E Schwab
Titre : Vicious
Edition : Lumen
Nombre de pages : 533 pages
Prix : 16.00€
 Auteur :V.E Schwab
Titre : Vicious
Edition : Titan Books
Nombre de pages : 340 pages
Prix : 9,70 €

 

 

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :