Biographie,  Chroniques

Butterfly – Yusra Mardini

Quand la fragile embarcation qui l’emmène loin de la Syrie en guerre commence à sombrer, Yusra Mardini, seize ans, refuse le terrible destin qui lui tend les bras. Impossible qu’une nageuse de son niveau, entraînée par un père si exigeant, finisse noyée comme tant d’autres ! Puisant au fond d’elle-même des forces insoupçonnées, elle se met à pousser avec sa soeur le canot rempli de réfugiés et parvient à tous les sauver. Ainsi commence la seconde partie de la vie de Yusra, guidée par le courage et la volonté. Une volonté incroyable qui la mènera vers son rêve : quelques mois après ce sauvetage, elle parvient à se qualifier pour les Jeux olympiques ! Aujourd’hui ambassadrice de l’ONU, Yusra, dix-neuf ans, nous raconte son histoire tout en préparant activement les Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Il y a des livres que vous voyez partout, dont vous entendez beaucoup trop parler, puis il y a ces livres, moins populaires, acheté sur un coup de tête et qui s’avèrent être de vrai pépites. Le livre Butterfly de Yusra Mardini fait partie de cette seconde hypothèse. D’ailleurs c’est assez drôle puisque pour une fois, ce n’est pas la couverture qui m’a attiré, mais un petit bandeau avec un citation de Barack Obama disant : « Un incroyable exemple pour la jeunesse du monde entier ». J’ai ensuite lu le résumé et cette fois, je savais que je ne reposerais pas ce livre et que je me devais de le lire.

« Pourtant, à mesure que l’urgence s’éloigne, je prends conscience de tout ce à quoi j’ai dû renoncer. J’ai perdu ma maison, mon pays, ma culture, mes amis, mon ancienne vie. »

Ce livre est découpé en plusieurs parties, chacun faisant référence à un moment de la vie de Yusra, en commençant par son enfance et ses débuts avec la natation. Concernant son enfance, s’il y a une chose qui m’a marqué c’est l’attitude de son père très autoritaire et qui se comporte d’avantage en coach de natation qu’en père de famille. D’ailleurs, j’ai eu énormément de mal avec lui pendant la première partie du livre puisque je le trouvais assez tyrannique.

« Je n’ai jamais choisi de devenir nageuse mais, à compter de ce jour, je suis mordue. »

Petit à petit, on voit Yusra grandir, prendre goût à la natation et surtout, on voit la naissance de ses rêves de Jeux Olympiques et la manière dont cela influence sa manière de s’entrainer. Un élément que j’ai beaucoup apprécié dans l’histoire est qu’il y a énormément d’information concernant la vision de la natation pour les femmes dans un pays assez conservateur. On voit également ses rapports avec sa mère envers qui elle est assez proches, puis sa relation avec sa soeur, faite de haut et de bas. Néanmoins, à mesure que Yusra grandit, la Syrie se dégrade et passe d’un pays totalement calme à un pays en guerre.

« Nous perdons tout. Les photos de famille, les vieux jouets de notre enfance, les vêtements cousus par maman quand nous étions toutes petites, les souvenirs de vacances en famille. Une vie entière enfouie sous les gravats. »

Une chose qui m’a vraiment marqué réside dans l’attitude des Syriens. Au début des conflits dans les pays voisins, tous les Syriens sont persuadés que cela n’atteindra jamais leur pays. Puis les premières explosions ont lieu et petit à petit, chacun se rend compte de la gravité de la situation. Leur innocence m’a énormément touché, ils ne pensaient pas du tout que leurs vies allaient changer de manière aussi drastique du jour au lendemain.

« Je soupire et pense à tous ces habitants qui travaillent, vivent leur vie, aiment et tentent de trouver un peu de normalité dans cet endroit où des bombes peuvent tomber du ciel. »

Autre élément qui m’a marqué, c’est l’évolution des réactions par rapport à la guerre. Au départ, les habitants voient de plus en plus de militaires arriver en ville, procéder à des vérifications, puis vient le moment des premières bombes qui choquent profondément les habitants. Et puis celles-ci se multiplient et c’est assez horrible de voir à quel point, cela devient une habitude pour Yusra et sa famille. Les destructions se multiplient, les morts également, ils sont obligés de déménager de nombreuses fois et malgré tout, la vie doit continuer. J’ai vraiment été fasciné par cette force physique et mentale ainsi que dans leur capacité d’apprécier chaque petit moment de bonheur.

« A quel moment nos vies ont-elles perdu toute valeur ? Au point de tout risquer, de payer fortune pour embarquer à bord d’un bateau pneumatique surchargé et traverser la mer. »

Ce livre aborde également le sujet de l’immigration, notamment du désespoir des réfugiés qui sont prêt à tout pour fuir leur pays. On suit alors les nombreux périples auxquels Yusra va être confronté afin de rejoindre l’Europe. Cette partie est également assez horrible à lire puisque non seulement, on se rend compte à quel point les conditions de voyages sont périlleuses et dangereuses mais également à quel point, toute bonté humaine disparaît lorsque des réfugiés sont impliqués. Ceux-ci sont en effet traités comme du bétail, entassés dans des camps ou dans un canot bancal.

« Je revois ma mère, mon père, ma petite sœur. Une succession de triomphes à demi oubliés, de défaites et de moments difficiles. »

Puis après toutes ces épreuves, viennent enfin les moments d’espoir, la reconstruction dans un pays qui n’est pas le sien ainsi que la bonté de certains humains qui vont croire en Yusra et l’aider. C’est un livre vraiment poignant et important puisqu’il met en avant la force, le courage et la détermination mais il montre en effet les conditions terribles de vie de ces syriens dans le besoin.

« Je menais une vie banale avant la guerre. Je n’ai jamais rêvé de devenir une héroïne. Depuis les Jeux olympiques, j’ai une voix. J’ai une mission. Je veux inspirer les gens et montrer au monde entier qui sont vraiment les réfugiés. »

Lors de ma lecture, j’avais énormément de mal à lire ce livre puisqu’il s’agit d’une autobiographie et qu’il relate donc des éléments vrais, des éléments vécus. Si vous suivez le blog, vous avez pu remarquer que je ne lis que de la fiction pour la simple et bonne raison que je lis pour m’évader, pour éviter de penser à tout le stress et l’angoisse qui occupe mon quotidien et le monde de manière plus général. Or, ce livre ne permet pas du tout de s’évader puisqu’au contraire, il relate l’histoire d’un pays en crise et de familles déchirées. Néanmoins, même si je lisais cette histoire avec la boule au ventre, ce livre a quand même été un énorme coup de coeur pour moi et c’est vraiment un livre qui marque les esprits.

Auteur : Yusra Mardini
Titre : Butterfly
Edition: Pocket Jeunesse
Nombre de pages : 366 pages
Prix : 17,90€

4 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :