Chroniques,  Romance

The Kiss Quotient – Helen Hoang

Stella Lane est une jeune femme brillante pour qui les chiffres n’ont aucun secret. Si sa vie professionnelle est parfaitement épanouie et qu’elle adore travailler avec des algorithmes pour prévoir la consommation de la population, sa vie personnelle est plutôt un échec, à ses yeux et à ceux de sa mère. Elle est affectée du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, qui la tient éloignée des autres. Comment se faire des amis lorsqu’on cumule une grande timidité et une franchise un peu brutale ? Que l’on craint le contact des autres ? Quant à sa vie amoureuse… Elle est inexistante…

Stella comprend mal l’intérêt d’avoir un homme dans sa vie mais, curieuse et poussée par sa mère qui se désespère de la voir célibataire et sans enfant, elle décide de résoudre ce problème comme une équation mathématique : avec méthode et détermination. C’est pour cela qu’elle va avoir recours aux services d’un escort boy.

Je ne sais pas trop si c’est à cause de l’été qui approche ou simplement mes goûts littéraires qui évoluent mais en ce moment, mes achats romances se multiplient et je n’ai envie de ne lire quasiment que ça. Je me suis donc constitué une petite liste de livres de ce genre et The Kiss Quotient était un livre pour lequel j’avais entendu énormément de bien. Sans compter que le thème de l’autisme m’intéressait énormément.

Ce qui était une de ses principales faiblesses et une des caractéristiques de son trouble. Elle était incapable de s’intéresser à moitié à quelque chose. Soit elle était indifférente… soit obsessionnelle. Et ses obsessions n’étaient jamais temporaires. Elles la consumaient jusqu’à faire partie d’elle. Elle les intégrait dans sa vie.

Finalement, je dois dire que j’ai été assez déçue de ma lecture et j’ai l’impression d’être totalement passé à côté. Concernant les personnages, j’ai trouvé Stella assez attachante. Son autisme, sa maladresse et sa façon de voir le monde la rende unique et c’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Par contre, Michael était un personnage sympathique mais à qui il manquait un petit truc en plus pour que je tombe sous son charme.

Mais voilà que tout partait en vrille. Les frontières devenaient floues et il ne parvenait plus à distinguer vie professionnelle et vie personnelle. Le pire, c’est qu’il n’en avait peut-être même pas envie.

Le livre est raconté en alternant les points de vue entre Michael et Stella et c’est une narration que j’aime énormément  puisque cela permet de bien cerner la totalité de la relation entre les personnages. Néanmoins, cette relation ne m’a pas convaincue puisque j’ai trouvé que celle-ci, et plus particulièrement les sentiments entre les personnages, se développait beaucoup trop vite à mon goût.

Il y avait quelque chose de nouveau et de merveilleux dans le fait de se retrouve dans une foule et de ne pas se sentir seule.

Concernant l’autisme de Stella, j’ai énormément apprécié cette partie de l’histoire puisque cela permet de montrer une autre vision de l’autisme. Bien qu’atteinte de ce syndrome, Stella a réussi à construire sa vie et sa carrière et elle va énormément apprendre aux côtés de Michael. Par contre, si cela était bien mis en avant dans la première partie du livre, j’ai trouvé que cela perdait malheureusement en importance dans la suite de l’histoire.

Elle crevait d’envie que quelqu’un la prenne dans ses bras; c’était comme une maladie qui aurait envahi ses muscles et ses os.

Concernant l’écriture, c’est un livre assez fluide à lire. Le ton est souvent assez léger ou basé sur l’humour. Le livre reprend les codes mais aussi les clichés de la Chick-lit et si vous cherchez un livre assez léger et sans prises de tête, celui-ci est fait pour vous.

Toutes les émotions qui bouillonnaient en elle lui donnaient l’impression que sa poitrine était sur le point de s’ouvrir et de déverser des arcs-en-ciel et des paillettes.

Finalement, vous l’aurez compris, ce livre ne m’a pas transcendé et je pensais vraiment l’aimer d’avantage. Au final, je me suis rendue compte que je préfère les romances plus matures ou plus profondes plutôt que de la chick-lit, beaucoup plus légère.

Auteur : Helen Hoang
Titre : The Kiss Quotient
Edition : Hugo New Romance
Nombre de pages : 340 pages
Prix : 17€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :