Chroniques,  Romance

Wild Men T1 – Jay Crownover

Léo se remet difficilement d’un échec sentimental qui la conduit à se replier sur elle-même et s’éloigner des autres. Inquiète, sa meilleure amie Emerys arrive à la convaincre de partir avec elle en randonnée équestre dans le Wyoming, loin de tout. C’est là-bas qu’elles font la connaissance des frères Warner. Léo est tout de suite troublé par Cyrus, ombrageux et mystérieux, qui semble aussi peu sociable qu’elle. D’abord réticente à ce voyage, Léo se laisse gagner par l’aventure et le charme de ce  » presque cow-boy « .

Mais cette excursion d’une semaine prend rapidement un tour inattendu. Les huit randonneurs ne sont pas aussi isolés qu’ils le pensaient, les membres du groupe ne sont tous ceux qu’ils prétendaient être et la randonnée devient alors menaçante…

À travers cette aventure au grand air, Léo apprendra à croire à nouveau en elle-même et à faire face à ses peurs. Dont certaines seront plus réelles que d’autres. Et ce voyage pourrait bien tout changer dans sa vie.

Dans une ambiance de western à suspense, Jay nous emporte avec beaucoup d’énergie et de talent dans cette romance  » into the wild « 

Alors que je me perdais dans les rayons de ma librairie, mes pas m’ont guidé vers le rayon des Hugo New Romance et mes yeux se sont posés sur Wild Men. Comme je passais mon été enfermé dans un bureau à travailler, j’avais envie d’une lecture qui me transporte loin d’ici et qui me fasse voyager dans un endroit totalement dépaysant. Le résumé promettait alors un coté far west, des cowboys et des chevaux, tout ce qui me fallait pour m’évader.

 » La vie à la campagne et sa sérénité me permettaient d’entendre beaucoup de non-dits qui flottaient dans ma tête, des mots qui demandaient à se faire entendre, des mots que j’avais choisi d’ignorer trop longtemps. »

En commençant ma lecture, je dois dire que j’étais un peu effrayée puisque l’histoire commence avec un message de l’auteure indiquant qu’il s’agissait d’un livre très différent et que le personnage principal, Leo, pouvait paraître assez insupportable au départ mais qu’il fallait quand même lui laisser une chance. En général, ce type de mise en garde n’inspire pas vraiment la confiance. Au final, mes craintes se sont avérées infondées puisque j’ai tout simplement passé un excellent moment de lecture qui m’a permis d’être totalement dépaysé.

« La maîtrise est une illusion. Tu crois que c’est toi qui tires les ficelles de ta vie, mais c’est faux. Tu es accrochée au bout des ficelles et tu te déplaces où le vent décide de te porter. La seule chose dont tu es responsable, ce sont tes actes, donc autant faire en sort qu’ils aient un impact.

Dès le départ, on fait la connaissance de Léo, une fille qui, après avoir été blessé par son passé, s’est construite une carapace afin de se protéger du monde. Quelque part, je me suis énormément identifié à Léo sur certains points et c’est peut-être pour ça qu’elle ne m’a pas paru si insupportable. J’ai réussi à comprendre ses angoisses ainsi que ses faiblesses et j’ai énormément aimé la voir évoluer.

« Il n’y avait pas d’amertume dans sa voix, seulement une acceptation triste du fait que parfois, l’amour ne suffit pas à rassembler deux personnes, peu importe combien elles comptent profondément l’une pour l’autre. »

A côté d’elle, on retrouve Cy, le personnage masculin typique des New Romance. Monsieur est froid, sombre mais est envoûtant et donne envie de connaitre son passé et ses secrets. D’ailleurs, c’est un personnage que j’ai adoré apprendre à comprendre. J’ai également trouvé une dynamique intéressante entre Cy et Léo puisqu’on voit leur confiance, puis leur amitié et ensuite leur relation se construire. Du coup, je n’ai pas eu l’impression que leur histoire était trop rushé et j’ai trouvé le rythme bien maîtrisé.

« Entourée d’inconnus, essayant tous tant bien que mal de trouver nos repères dans un endroit inhabituel, je découvrais que j’aimais cette nouvelle facilité avec laquelle je m’ouvrais aux autres. »

Le point fort de cette histoire réside également dans les personnages secondaires. J’ai adoré découvrir les frères Warner et plus particulièrement Sutton que j’ai hâte de retrouvé dans le second tome. Emerys, la meilleure amie  de Léo a également été une fille que j’ai énormément aimé et qui apporté un peu de fraîcheur et de folie à l’histoire.

« L’expérience reste pour toujours, et c’est ça la récompense. Personne ne peut te prendre des souvenirs. Personne ne peut t’enlever les moments que tu as vécus. »

Ce livre est un peu particulier puisqu’il est classé en tant que romance à suspens, un genre dans lequel je ne m’étais pas encore penché. Au final, j’ai adoré puisqu’il y a pas mal d’actions, de rebondissements et cela donne envie de connaître le reste de l’intrigue. Chaque personnage a une importance dans l’histoire et des thèmes importants sont également présents comme l’impact des liaisons adultérines dans une famille, la reconstruction ainsi que l’importance de certains choix et de la vérité dans une vie.

« Dans un combat entre l’amour et la loyauté, il n’y avait jamais de vainqueurs »

Ce livre termine de manière assez dur, notamment pour certains personnages qui ne sont pas sortis indemne de ce qu’ils ont vécu. J’ai eu énormément de compassion pour eux et j’ai eu du mal à lire certaines choses qu’ils avaient vécu. J’ai, par conséquent, hâte de lire la suite même si je ne sais pas vraiment qu’elle va être la prochaine intrigue mise en place pour pimenter le récit.

Auteur : Jay Crownover
Titre : Wild Men
Edition : Hugo New Romance
Nombre de pages : 458 pages
Prix : 7.60€

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :