Chroniques,  Fantasy

De Sang et de Rage – Tomi Adeyemi

Ils ont tué ma mère.
Ils ont pris notre magie.
Ils ont voulu nous éliminer.
À présent, dressons-nous.
Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a fait disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et de rendre la liberté à son peuple – même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer.
Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s’élance dans une quête périlleuse…

Nouvelle journée et donc nouvelle chronique et quelle chronique d’ailleurs ! De sang et de rage fait partie de ces livres dont j’ai énormément entendu parler à sa sortie en VO, puis de nouveau lors de sa sortie en VF et pourtant, je ne me suis pas immédiatement jeté dessus. Tout d’abord parce que le fantastique m’attire moins qu’auparavant mais également parce qu’à en entendre tant parler, j’avais peur d’être déçue. Au final, ce livre a été un gros coup de coeur et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

« La vérité, c’est que les dieux ont disparu en même temps que la magie. Et qu’ils ne reviendront plus jamais. »

Commençons tout d’abord par LE point fort principal de l’histoire selon moi à savoir la représentation ! Vous savez que c’est une chose à laquelle j’accorde énormément d’importance, que ce soit la représentation sexuelle ou culturelle. Ici, on est sur une histoire en Afrique, avec des personnages de couleurs à la fois dans l’histoire et sur la couverture. Chose assez ironique, je lisais ce livre au même moment où un scandale a éclaté concernant le whitewashing d’un personnage sur une couverture. Si vous suivez régulièrement les sorties de livres VO/VF, vous saurez sans doute de quel livre je parle.

« Si ton adversaire n’a aucun sens de l’honneur, tu dois te battre en trouvant d’autres moyens. Des moyens plus intelligents. »

Pour en revenir à l’histoire, j’ai trouvé l’univers très original, en particulier grâce à cette influence africaine. Concernant le côté fantastique, celui-ci offre une histoire totalement immersive et ce, dès les premières pages. C’est tout simple, une fois commencée, je ne l’ai lâché que pour aller en cours et une fois rentrée, je me jetais directement dessus. C’est un monde riche et très bien construit et je n’ai jamais eu le sentiment d’être perdu pendant ma lecture.

« Cette course contre la montre est perdue d’avance. Nous marchons au-devant de notre mort. »

Autre point fort de ce livre : le nombre de personnages. Ici, on suit en parallèle les aventures de quatre personnages et c’est assez inhabituel puisqu’en général les auteurs préfèrent les points de vue binaire dans leur récit. Chaque personnage a sa propre personnalité ce qui permet de les identifier rapidement mais ce que j’ai beaucoup aimé est le fait qu’ils ne cherchaient pas à être des héros. Ils se retrouvent tout simplement au mauvais endroit au mauvais moment et malgré ça, ils acceptent leur sort, non sans crainte.

« Je ne suis même pas capable de vendre du poisson sans que cela ne provoque la destruction de tout mon village. Comment pourrais-je incarner le seul espoir des maji ? »

C’est une chose que j’apprécie énormément puisqu’en Fantasy, on a souvent des personnages intrépides, qui foncent têtes baissées sans jamais réfléchir aux conséquences de leurs actes et d’ailleurs, cela entrainent souvent de nouveaux problèmes. Ici, on a des personnages mûrs, qui réfléchissent mais qui exposent aussi leurs craintes et leurs doutes. Cela m’a permis de mieux comprendre les personnages et de mieux m’identifier à eux.

« Entre le devoir et le cœur, il faut choisir. Et forcément, souffrir. »

L’histoire est prenante et très dynamique, on a toujours envie d’en savoir plus et je pense que ce livre fait partie de mes meilleures histoires de cette année. Pendant ma lecture, j’ai également eu l’impression qu’il y avait une dénonciation de l’oppression qu’avait subi les peuples Africains. Je ne sais pas du tout si c’était le but recherché par l’autrice ou si c’est moi qui l’interprète de cette manière mais en tout cas c’est une chose qui m’a beaucoup touché.

« Avec ou sans magie, nous n’abandonnerons jamais. Avec ou sans magie, nous reprendrons ce qui nous appartient. »

Vous l’aurez compris, ce livre a été un coup de coeur et j’ai vraiment adoré chaque page de ma lecture. J’ai également hâte de découvrir la suite puisque la fin est assez incroyable et spectaculaire pour avoir envie de se jeter dessus.

Auteur : Tomi Adeyemi
Titre : De sang et de rage
Edition : Nathan
Nombre de pages : 525 pages
Prix : 18.95€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :