Chroniques,  Contemporain

Les étincelles – Julien Sandrel

img_7320-1

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère. Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère. Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ? Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?

img_7319Je remercie les éditions Calmann Levy pour l’envoi de ce livre !

Voici un livre que j’avais vraiment hâte de découvrir et pour cause, La chambre des Merveilles et La vie qui m’attendait, avec été deux excellentes lectures. Par conséquent, j’avais repéré ce livre et il me tardait vraiment de l’acheter. Jusqu’au jour où, en allant à ma boite aux lettres, j’ai eu la surprise de le trouver à l’intérieur.

« Des larmes, j’en ai versé beaucoup, au début. Et puis je me suis asséchée. Je me suis construit une carapace d’indifférence.»

La première chose qui m’a frappé en me lançant dans cette nouvelle histoire est la différence avec ses deux livres précédents. C’est un livre qui est beaucoup plus mature ainsi que beaucoup plus engagé puisque celui-ci met en avant les scandales sanitaires provoquant la mort d’innocents.

« Vous faire confiance serait comme me jeter dans le vide sans savoir si le parachute est en état de géolocalisation. »

De la première à la dernière ligne, l’historie dénonce une réalité. Ce n’est pas un récit tout beau tout rose, celui-ci est rempli de réalisme au point que j’oubliais souvent qu’il s’agissait d’un récit et non d’une historie vraie. Ce qui est assez ironique est que ce livre est arrivé au parfait moment dans ma vie puisque j’étudiais en cours d’anglais les scandales sanitaires, notamment le scandale du chrome dans la ville de Hinkley. On était donc dans une lecture totalement en lien avec mes études.

« Et même si je devais mourir demain, ce que j’ai vécu aujourd’hui, personne ne me l’enlèvera. Je l’emporte avec moi. »

Du côté des personnages, j’ai adoré Phoenix et Victor. Ce sont tous deux des êtres guidés par leur passion et par leur humanité. Ils ne restent pas passifs mais se battent pour leurs idées. Néanmoins, ils possèdent également une part d’humour et de douceur qui allège le côté sérieux de l’histoire.

« Que sommes sommes-nous, face à l’immensité du ciel ? Des poussières, de simples grains de pollen. Mais dotés d’un extraordinaire pouvoir : celui de choisir. »

C’est une histoire que j’ai adoré découvrir. Celle-ci est fluide à lire et je n’ai pas ressentie de longueurs particulières. Par contre, il y a eu un moment de l’histoire qui était censé être incroyable et vraiment surprenant. Manque de chance, j’avais prévu celui-ci depuis le départ donc la surprise n’a pas été là.

« Avancer, pas à pas. Se retourner. Faire une pause. Respirer. Sourire. Et repartir, toujours. »

Finalement, c’est un livre que j’ai beaucoup aimé grâce à une histoire différente et des personnages attachants. Concernant la fin, j’ai trouvé celle-ci assez originale, je ne m’attendais pas à ce que livre finissent de cette manière pour les personnages. Néanmoins, je trouve que c’est un excellent choix de la part de l’auteur puisque celle-ci continue dans la lignée de la réalité et si cette histoire arrivait dans la vrai vie, elle finirait probablement de la même manière.

Auteur : Julien Sandrel
Titre : Les étincelles
Edition : Calmann Levy
Nombre de pages : 397 pages
Prix : 19,50€etoile4-5

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :